Vivre l’Essentiel

Je m’appelle Nadine Brune R, j’ai 44 ans et toute ma vie j’ai vécu dans le regard des autres.
Cela peut paraître fou mais combien sommes – nous à être véritablement?
J’ai passé toutes ces années à survivre, à exister faussement, à être passablement et à me couper de mon Essence profonde

Pourquoi?
Pourquoi faisons – nous les choses?

Des fois pour survivre, des fois par peur d’être rejeté, des fois par lâcheté, des fois parce qu’on vit dans l’illusion, des fois parce qu’on souffre et qu’on est attaché à notre passé voire même enchaîné…
Il y a autant de raisons qu’il y a d’individus différents…
Et puis un jour on se réveille et on se dit c’est ça ma vie!
j’ai tout, une maison, un bon job un super petit ami, je suis plutôt fresh mais bon y’a un truc parce que je ne le sens pas, parce que quelque chose me questionne et me pousse à agir, à prendre une décision.

C’est ce que j’ai fait y a deux ans en quittant mon travail chez AF, en vendant mon appart, et en me séparant de mon compagnon.
J’avais un projet bien ficelé en tête évidemment car on ne lâche pas prise comme ça, ok partir, oui mais avec un projet c’est mieux!
Ce projet professionnel ne s’est pas finalisé tel quel mais j’ai découvert sur le chemin une expression artistique qui me permet de me guérir, de me poser, de me questionner sur mon Être et sur le monde.
J’amène ma lumière, à moi de l’accepter et de la chérir, un jour peut-être rayonnera t-elle sur les autres.

Ce que je crée vient de Moi le vrai Moi et c’est Essentiel!
C’est aussi un cheminement de vie qui se dit et qui j’espère questionnera les autres.
je choisis d’être même si c’est douloureux quand les masques tombent.

Aujourd’hui je veux juste VIVRE dans la joie et la simplicité.

 

Pin It

Parcours de la créatrice

Ma première toile RE CRÉATION Acrylique et collage sur toile 65x100 cm Février 2015
Ma première toile
RE CRÉATION
Acrylique et collage sur toile
65×100 cm
Février 2015

C’est une série de changements et de chocs émotionnels dans ma vie sur une courte période qui m’a conduit à peindre.

En 2013 j’ai profité d’un Plan de Départ Volontaire pour quitter le poste de commerciale que j’occupais au sein d’une compagnie aérienne depuis 14 ans dans le but de réaliser un projet dans la mode éthique.
Au cours de l ‘année passée à construire ce projet, j’ai décidé de ne pas le mettre en œuvre, ayant découvert en moi une expression artistique et artisanale basée sur la création de bijoux filaires.
J’ai alors créé ma marque « Enidane » et pour des raisons personnelles j’ai décidé de déménager en Guadeloupe.

Me voilà donc revenue sur mon île natale après 23 ans passés en Ile de France.
Le changement fut brutal, devant faire le deuil de ma vie parisienne, m’adapter à un nouveau mode de vie ; tout était nouveau et j’avais beaucoup de mal à me sentir bien et à m’épanouir.
Je me rendais compte que mon mode de fonctionnement n’était plus adapté à ma nouvelle vie.
S’en suivirent des mois de doute, d’angoisse et de conflits, de remise en question, sans compter la relation instable avec mon compagnon artiste.

Il m’a alors conseillé de peindre afin d’exprimer mon mal être, conseil auquel j’ai opposé beaucoup de résistance car ma seule expérience dans ce domaine se limitait à une toile que j’avais barbouillée il y a 17 ans et que j’avais laissée de côté, jugeant l’expérience peu concluante.

Un soir après une crise profonde, je me décide à m’exprimer.
Je prends un carton et quelques tubes de peinture et je m’installe sur le lit et je barbouille.
Peu contente du résultat et pas vraiment apaisée, je décide de jeter cette « expression picturale ».

Mon mal être s’amplifiant, je suis allée voir un thérapeute qui m’a conseillé de matérialiser ma souffrance dans une œuvre artistique telle qu’un bijou, une peinture ou d’une autre nature.
Je me rappelle alors de la toile qui était restée dans un coin de la maison et ni une ni deux, j’emprunte des tubes de peinture à ma nièce, je prends tout ce que j’ai sous la main (sable, algues, brindilles, feuilles, morceaux de plastique, de papier…), je m’installe à même le sol, je lave et brosse la toile, je déchire la matière, je colle, je mets de la matière, j’enlève de la matière, je peins avec une éponge et je ne m’arrête pas, portée par une énergie débordante.
En 48 heures ma première toile était née, je l’ai nommée « RE CREATION ».
Je fus émerveillée du résultat, surprise que d’une si grande souffrance puisse naitre une toile si vive.
Je scrutais la toile comme une enfant, les détails, les couleurs, le foisonnement des matières m’enchantaient.
Je sentais une énergie créatrice en moi qui me poussait à vouloir continuer à peindre.
C’était en Février 2015 et depuis je n’ai plus arrêté, cette expression artistique m’apportant un bien – être salvateur.

Je découvre peu à peu mon langage, ce qui m’anime, mon intuition, mon monde intérieur, ma sensibilité et l’essence des choses, des gens, des lieux.
C’est comme une autre Naissance, qui porte en elle l’Essentiel.

 

Pin It